Des hommes forts pas nécessaires ! mais une loi forte, un Etat de droit, des grandes femmes de grands hommes oui !

Des hommes forts pas nécessaires ! mais une loi forte, l’Etat de droit, de grandes femmes de grands hommes oui !

Une seule chose reste encore sûre, il n’y a pas d’ « hommes forts » encore…

L’homme fort de…lorsqu’il y a un Coup d’Etat ou un Coup de force, qu’il soit militaire ou constitutionnel, ou dans le cas de la Monarchie dite démocratique au Tchad, il n’y a pas d’homme fort au départ. Il y a juste un coup d’Etat, des individus, de grands discours, de gros mots (Souvent les memes !), de grandes promesses (souvent les même !) beaucoup d’agitation : Comité de ci, Comité de ça ! Finir avec les nombreux maux qui minent les sociétés, désormais a sonné l’heure de la justice, le développement, le redressement, va finir la corruption…Longue listeDe Bamako à Conakry, d’Abidjan à Bissau, lorsqu’est réalisé le coup d’Etat ou le Coup de force il n’y a pas d’hommes fort, ils ne sont pas des hommes forts ! Ils sont pour certains une indignation, des agités, une source de peur et de crainte pour beaucoup, pour une multitude source d’espoir et d’espérance, l’espoir d’un nouveau départ. Mais aussi beaucoup d’interrogations : serait-ce maintenant le bon ? L’heure du nouveau départ tant souhaité est-il enfin arrivée ? Seront-ils enfin différents ?

Mais ils peuvent le devenir. Ils/elles le sont en devenir. Les hommes et les femmes qui, de loin ou de prêts réalisent ou collaborent aux Coups d’Etat peuvent devenir de femmes fortes, des hommes forts. Mais à la seule et grave condition de savoir s’effacer tôt, a temps, disparaitre. Mais pas sans avoir semer la graine, l’indispensable semence, l’irremplaçable semence, celle qui doit naitre d’eux et qui doit devenir la plus grande, la plus forte, plus forte que ses fondateurs et ses fondatrices : la LOI, l’Etat de DROIT.

Apres le coup d’Etat ce qui doit être pensée, repensée, semée, construite, protégée est la loi, l’Etat de droit.

Une loi au-dessus de Toutes/Tous et égale pour toutes et pour tous. Cette loi devant laquelle nous sommes tous égaux. Une loi non taillée sur mesure et qui ne soit à la merci de personne. Une loi que personne n’ose toucher que pour la rendre encore et encore plus forte, plus enracinée.

La loi que chaque génération, avec orgueil, reçoit, porte, protège. Une loi que personne n’ose écorcher par qu’elle nous rend tous/toutes libres, rend le vivre ensemble possible, au-delàs de nos multiples différences.

Seule cette loi doit être la plus forte, devenir forte, plus forte que ces fondateurs et fondatrices, être au-dessus de tous et de toutes : pour réduire les inégalités sociales, empêcher les discriminations ethniques, la discrimination entre hommes et femmes, contre le machisme.

Lorsque est fait un coup d’Etat, je ne vois pas d’homme fort, je ne crois pas nécessaires d’hommes forts : Il faut d’hommes et femmes courageux/courageuses pour fonder la LOI, l’Etat de droit. Une loi forte, une loi au-dessus de tous/Toutes. C’est seulement alors que l’histoire et des générations diront : ils sont des héros, elles sont des héroïnes, des patriotes, des hommes et des femmes mettant fin à la dictature par la force ont fondé les bases d’une société juste.

Et alors a la place des hommes dits forts, s’élèvera des lois fortes, des institutions solidement bâties pour l’épanouissement de l’humain. Ce chemin est celui de la courageuse citoyenne, du courageux citoyen et non d’homme dit fort!

Des hommes forts pas nécessaires ! mais une loi forte, un Etat de droit, des grandes femmes de grands hommes oui !

Joseph